NBA Dime Drop : au milieu de faire le remarquable, Giannis et les Bucks sont négligés

Les Milwaukee Bucks se dirigent vers ce week-end après une séquence de 16 victoires consécutives, leur fiche de 22-3 est la meilleure de l'histoire de la franchise.

Seuls les Lakers de Los Angeles sont à égalité avec eux à cet égard. Alors pourquoi les Bucks sont-ils négligés à la fois comme récit de saison et comme prétendant au titre réaliste?

Il y a quelques raisons évidentes qui viennent immédiatement à l'esprit :

  • Milwaukee est à peine un point chaud pour la ligue, se classant souvent près du bas en termes de taille de marché et de franchise évaluer. Presque l'antithèse des Lakers. Franchement, pas assez de fans s'en soucient.
  • Ils jouent dans l'Est et ont bénéficié d'un calendrier légèrement plus facile que la moyenne.
  • Ayant soulevé les espoirs de beaucoup avec leur jeu en saison régulière, leur quatre défaites consécutives lors de la finale de la Conférence de l'Est la saison dernière ont laissé un goût amer et une perception de leurs limites. Cela ressemble presque à un scénario "duper moi une fois".

Les chiffres que les Bucks présentent sont bons. Si bons en fait qu'ils se sentent comme une anomalie, insoutenable pendant tout le travail de la saison régulière, sans parler de la course aux séries éliminatoires qui a suivi. Ils mènent la ligue en rythme, ce qui, bien qu'impressionnant, est rarement un baromètre du succès en séries éliminatoires. Leur note défensive de 101,6 est également en tête de la ligue et ils se classent troisième en note offensive.

Leur leader, Giannis Antetokounmpo, est en quelque sorte meilleur dans presque toutes les mesures qu'il ne l'était lors de la campagne MVP de la saison dernière. En tête de la ligue dans plusieurs catégories avancées, y compris la cote d'efficacité des joueurs (PER) et tout en étant également classé deuxième en points par match.

Mais de toutes ces statistiques, celle qui m'impressionne le plus est les minutes souvent négligées par jeu (MPG). Antetokounmpo se classe 51e du championnat. Cinquante. Première. Essentiellement, le favori du prix MVP de cette saison organise sa campagne en moins de minutes que la moyenne des deux meilleurs joueurs de toutes les autres équipes. Ce. Est. Incroyable.

Cela va au-delà de Giannis. Khris Middleton, la "deuxième étoile" de facto de Milwaukee, se classe 115e pour MPG, ce qui signifie qu'il y a 3,83 joueurs qui passent en moyenne plus de temps sur le terrain que lui dans les 29 autres équipes. Pouvez-vous vraiment imaginer une autre équipe, avec ce record et ces statistiques, qui a également été en mesure d'empêcher ses stars d'enregistrer de lourdes minutes ?

Que l'équipe gagne sans ses stars sur le terrain, et par un tel marge, témoigne de leur profondeur et de l'exécution de leurs rôles. Quelque chose d'unique et rafraîchissant pour la NBA.

Ok, je vous entends. Eh bien, que se passe-t-il lorsque le rythme ralentit et que les matchs se resserrent en Playoffs ? Selon Cleaning the Glass, 76,3 % des jeux de Milwaukee proviennent de l'intérieur du demi-terrain (c'est-à-dire contre une défense de set) et, oui, vous l'avez deviné, ils mènent la ligue en points par possession ici aussi.

Cependant, malgré tous les éloges que je fais à cette équipe… J'ai une réserve. Et c'est-à-dire, gagner avec une telle marge signifie-t-il qu'ils vont avoir du mal à créer en temps critique lorsque le jeu est en jeu et que la pression augmente? Les Bucks se classent (sans surprise) dans les trois derniers pour les "minutes d'embrayage" jouées cette saison, avec "l'embrayage" défini comme un match à moins de cinq points avec cinq minutes ou moins à jouer.

La confrontation de jeudi prochain avec les Lakers devrait être un véritable test des capacités de cette équipe et un aperçu potentiel des finales NBA de cet été.


Weekend Watchables

Vendredi 13 décembre , 12h (samedi matin) – LA Lakers @ Miami Heat

La montée en flèche des Lakers (22-3) se dirige vers Miami (18-6) pour le deuxième de leur road trip de cinq matchs. Le Heat refuse de se calmer, continuant de dépasser les attentes assis à la deuxième place de la Conférence Est. Ces deux équipes se sont rencontrées il y a un peu plus d'un mois dans un combat défensif qui s'est terminé 95-80 en faveur de Los Angeles.

Samedi 14 décembre, 1h du matin (dimanche matin) – Washington Wizards @ Memphis Grizzlies

Je suis un peu parti du champ gauche avec celui-ci, aucune des équipes en vedette n'ayant une chance de se qualifier pour les séries éliminatoires en avril… mais il y a des talents intéressants à l'affiche. Bradley Beal organise une saison impressionnante alors que la star solitaire des Wizards (7-16) et la recrue, Rui Hachimura, semblent également prometteuses. Pour Memphis (8-16), probable Rookie of the Year, Ja Morant continue de faire valoir ses talents et de s'affirmer comme une jeune star de la ligue.

Dimanche 15 décembre, 23h – Philadelphia 76ers @ Brooklyn Nets

Toujours pas tout à fait cliqué, mais ayant remporté douze de leurs quatorze derniers matchs, les 76ers continuent de nous taquiner avec leur talent. Les Nets, en l'absence continue de Kyrie Irving, sont une surprise 9-4. Le retour de suspension de Wilson Chandler devrait aider à renforcer cette équipe, en fonction de la rapidité avec laquelle il peut se remettre en forme sur le terrain et de ce qu'il peut offrir la douzième année. Spencer Dinwiddie, qui dirige l'équipe en l'absence d'Irving, affrontera l'une des défenses les plus difficiles de la ligue avec des joueurs comme Ben Simmons, Josh Richardson et Matisse Thybulle parcourant le périmètre.

Toutes les statistiques sont publiées avec l'aimable autorisation deBasketball Reference etNettoyer la vitre.

Vous pouvez en savoir plus surMike hebdomadaire sur leDouble Clutch Podcast, le premier podcast NBA du Royaume-Uni.

Nouvelles maintenant - Sport News