NBA Dime Drop : Kyrie Irving de Brooklyn Net revient sur le terrain, apportant encore plus de controverse avec lui

Il n'y a aucun doute sur les compétences de Kyrie Irving lorsqu'il s'agit de le valoriser en tant que basketteur. Il est dans l'élite de l'élite; un magicien avec le ballon dans les mains, capable de terminer sous tous les angles apparemment impossibles, de tirer à l'aise de n'importe où sur le terrain et le possesseur de ce rare "gène" d'embrayage permettant de performer dans les plus grands moments.

And yet, despite that incredible array of offensive weaponry at his disposal, he constantly raises questions about what he brings to a team. Is he capable of leading a team to success? Is he capable of leading a team, full stop? 

Lors de sa première saison avec les Nets, il devient clair que son talent individuel n'est pas suffisant pour surmonter sa présence souvent hérissée dans les vestiaires et faire avancer son équipe. Après la défaite 117-106 de mercredi soir sur la route des 76ers de Philadelphie, à seulement son troisième match après une absence de 26 matchs (en raison d'une blessure à l'épaule), Irving a laissé échapper le front office des Nets et certains de ses coéquipiers à propos de leur qualité et leur place dans l'équipe.

Je comprends que parfois les stars utilisent leur position et leurs opportunités dans les médias pour motiver leurs coéquipiers, mais la déclaration ci-dessus semble inutile et injuste. Surtout suite à une défaite face à une équipe qui a un dossier de 19-2 à domicile (il manque certes son joueur de franchise et crachote actuellement), alors que vous avez tiré un misérable 6 sur 21 pour terminer avec une ligne de statistiques 14, 4 et 6.

Bien sûr, il s'agit d'un match isolé, alors extrapolons davantage. Au cours de ses 26 matchs d'absence, son équipe a obtenu un score raisonnable de 13 et 13 (nommez une autre équipe qui pourrait jouer sans ses deux talents de renom et qui a un record de .500 - il y en a peu ou pas). Avec Kyrie, ils sont un 6-9 décevant. C'est un taux de victoire de .400, l'équivalent du 19e meilleur record de la ligue.

Bien sûr, l'équipe a eu du mal sans Kevin Durant disponible et parmi une foule d'autres joueurs souffrant de blessures ou de suspensions . Mais le moment choisi n'a aucun sens et souligne les doutes sur la capacité d'Irving à diriger une équipe tout au long de sa carrière.

Récapitulons, à un niveau élevé, sa capacité à diriger une équipe :

Années 1-3 : Kyrie est la seule star de Cleveland, c'est son équipe. Bien sûr, les attentes initiales ne sont pas élevées, après tout, il est très rare qu'un choix de repêchage avec des attentes élevées se retrouve dans une équipe décente. Mais Irving tire les Cavs de 19 victoires avant son arrivée, à 21, 23 et 33 victoires chaque saison, bien qu'il ne menace jamais vraiment de faire les séries éliminatoires.

Années 4-6 : Le retour de LeBron James à Cleveland pousse Irving dans le rôle de star secondaire de facto. Cela l'irrite mais voit également ses meilleurs moments individuels et trois apparitions consécutives en finale. Pourtant, un deuxième violon n'était pas pour Kyrie qui exige un échange afin de s'aventurer avec sa propre équipe.

Années 7-8 : Boston, tellement de promesses et la première année, cela semblait être la solution idéale jusqu'à ce que sa saison se termine en mars avec une blessure au genou qui a nécessité une intervention chirurgicale. La saison de Boston semblait perdue. Jusqu'à ce que les autres acteurs de l'ensemble des Celtics montrent qu'ils pouvaient gagner sans Irving, se rendant jusqu'à la finale de la Conférence de l'Est. D'une manière ou d'une autre, cela ne s'est pas traduit par un plus grand succès la saison suivante, car Irving a appelé ses coéquipiers et s'est frayé un chemin à travers une décevante défaite 4-1 contre Milwaukee au deuxième tour. Kyrie est sorti en agence libre et les fans de Boston se sont réjouis. Un autre scénario étrange dans lequel une base de fans est ravie que leur star parte pour rien en retour.

En résumé, en aucune saison Irving n'a été capable de diriger avec succès une équipe.

N'est-ce pas la plus grande mesure de toute superstar, outre les bagues tangibles, leur capacité à rendre un coéquipier meilleur ? Kyrie n'est-il qu'une autre star All-style-no-substance ?

Je me demande comment il réagira lorsque le retour de Durant le repoussera à nouveau dans le rôle de star secondaire attendu.


Week-end Watchables

Vendredi 17 janvier, 2h30 (samedi) – Portland Trail Blazers @ Dallas Mavericks

Portland (18-24) abandonne pour garder les rêves d'après-saison vivants et a réussi à battre les Rockets lors de leurs derniers matchs. Dallas (26-15) continue de faire tourner les têtes derrière le (très-très-très) probable partant All-Star Luka Doncic. Damian Lillard des Trail Blazers aurait peut-être encerclé ce match comme une chance de montrer que, quels que soient les votes, son nom devrait être à nouveau là-haut en tant que partant All-Star.

Samedi 18 janvier, 8h30 pm – Milwaukee Bucks @ Brooklyn Nets

Les coéquipiers de Kyrie auront une chance d'applaudir samedi soir. Les Bucks (37-6) sont les détenteurs du meilleur bilan de la ligue et dominent en ce moment. Les Nets (18-22) auront du pain sur la planche pour tenter de ralentir Giannis Antetokounmpo. Jarrett Allen a une chance de montrer sa protection de jante comme aide à la défense contre les lecteurs d'Antetokounmpo… mais cela laisse un grand trou pour l'ancienne star du Net, Brook Lopez, pour avoir un grand match.

Dimanche 19 janvier, 8h00 – Miami @ San Antonio Spurs

Excellent moment de pourboire pour les fans britanniques. Le Heat (28-12) est passé à la deuxième place de la Conférence Est et, grâce aux 33 points de Kendrick Nunn, a battu les Spurs (17-22) mercredi. San Antonio a récemment montré des signes de vie, refusant de renoncer à mettre fin à sa série historique d'apparitions en séries éliminatoires pour l'instant, et le AT&T Center est difficile à placer pour que les équipes sur la route gagnent.

Vous pouvez en savoir plus surMike hebdomadaire sur leDouble Clutch Podcast, le premier podcast NBA du Royaume-Uni.

News Now - Sport News