Rachael Blackmore : 5 choses que vous ne saviez pas sur le vainqueur du Grand National

Rachael Blackmore

Le meilleur jockey du monde. C'est la seule façon de décrire Rachael Blackmore car elle continue d'être une pionnière des courses de chevaux et de réécrire le livre des records. l'histoire à nouveau à Aintree hier en devenant la première femme à remporter le Grand National sur Minella Times.

Fresh off her exploits at Cheltenham Festival last month, the 31-year-old created history again at Aintree yesterday by becoming the first woman to win the Grand National on Minella Times.

Marquement humble mais tout aussi brillant, les mots de Blackmore après sa victoire résonneront éternellement : "Je ne me sens ni homme ni femme en ce moment », a-t-elle souligné. « Je ne me sens même pas humaine ». longtemps.

Her success in recent times has garnered widespread plaudits, but while many are now well aware of her Champion Hurdle heroics and Grand National glory, these triumphs have been forthcoming for a long time.

Voici cinq choses que vous ne saviez pas sur le jockey irlandais :

Elle a grandi à cheval dans une ferme

Née dans le comté Tipperary, Irlande, Blackmore est la fille d'un producteur laitier et d'un instituteur.

Son père, Charles, était éleveur de chevaux, ce qui l'a amenée à apprendre à monter à cheval dans une ferme du château de Mortlestown.|| |222

Initially taking part in pony racing competitions, Blackmore says she was “bitten by the racing bug” by the age of 13 after beating fellow top jockey Paul Townsend and hasn’t looked back since.

Rachel Blackmore

Elle voulait être vétérinaire

Blackmore a fréquenté l'Université de Limerick et a étudié les sciences équines, dans l'espoir de devenir un jour vétérinaire.

Following this, she went to Dublin and achieved a diploma in Business to add to her qualifications.

Malgré son vif intérêt pour les chevaux, Blackmore n'a jamais vraiment cru qu'elle réussirait en tant que jockey professionnel, a déclaré leIrish Times : « J'ai toujours voulu être jockey amateur et faire des courses, mais je n'ai jamais envisagé la voie du jockey professionnel. Je pensais que ce n'était pas une carrière qui me conviendrait. »

Rachel Blackmore

Elle a terminé deuxième du championnat irlandais des jockeys en 2018/19

Blackmore a monté son premier vainqueur du festival de Cheltenham en 2019 sur A Plus Tard avant de remporter sa première victoire en course de première année en Irlande la même année.

Le vainqueur du Grand National a terminé la saison avec 90 victoires pour terminer deuxième au classement du champion irlandais de saut d'obstacles Jockey, derrière Paul Townsend qui a monté 109 vainqueurs.

La saison suivante, Blackmore a terminé troisième, bien que la saison ait finalement été écourtée en raison de la pandémie de coronavirus.


Elle adore travailler avec Henry de Bromhead

Les victoires à Cheltenham sur Honeysuckle et au Grand National sur Minella Times cette année sont toutes deux venues de chevaux entraînés par Henry de Bromhead, bien que Blackmore soit depuis longtemps associé à l'entraîneur.|| |262

The Irish jockey rode the first treble of her career when partnering Theatre Dreams, Monbeg Chit Chat and Classic Theatre to win at Tipperary in July 2018 –– all three of which were trained de Bromhead.

Son premier gagnant de deuxième année sur les clôtures était également sur le De Bromhead entraîné Monalee dans le Red Mills Chase, tandis que son premier victoire à Cheltenham dans le Close Brothers Novices' Handicap Chase était sur le A Plus Tard de cinq ans de l'entraîneur.

Henry de Bromhead

Elle ne se considère pas comme une pionnière des jockeys féminins

Saluée comme la "Reine de Cheltenham", Blackmore a également été saluée comme la " héroïne réticente »des courses de chevaux.

Malgré l'histoire cette année, la jockey a précédemment déclaré àThe Telegraph qu'elle ne se considérait pas comme une pionnière pour les femmes dans le sport.

« Je trouve probablement cela un peu ennuyeux dans la petite bulle de course parce que je pense que cela ne devrait plus être une chose », a-t-elle admis.

«Je comprends parfaitement pourquoi c'est quelque chose en dehors de la bulle parce que c'est un sport dominé par les hommes. Mais en fin de compte, ce sont les chevaux qui courent – ​​nous sommes juste sur le dos pour diriger. Ce serait très différent si une sprinteuse battait Usain Bolt. »

News Now - Sport News